PAROLES

affiche-steelcox-ecoute

(A noter que les textes ci-dessous sont protégés et
font partie du répertoire de la SACEM – Tous droits réservés)

sacem_logo_vertical_cmjn

Paroles des chansons de l’EP 3 Titres « Coeur Western » de Steelcox – Réf. : 1710 :

 

MON CŒUR WESTERN
(Paroles et musique : Steelcox)

Enfant j’aimais sortir et jouer
Aux cowboys aux indiens
On se croyait de vrais justiciers
Un faux colt à la main

Les années depuis ont défilé
J’reste un défenseur de l’opprimé

La vie m’a donné
En prime un cœur western
Avec l’esprit pionnier
Jusqu’au devant de la scène
La vie m’a donné
En prime un cœur western
Et je dois dégainer
Mes hits plus vite que John Wayne

J’ai misé gros tout comme au poker
Toute ma vie sur mes rêves
Et j’ai vécu l’éden et l’enfer
Quand la chance fut trop brève

J’ai connu lumière et côtés sombres
Où vaut mieux tirer plus vite que son ombre

La vie m’a donné
En prime un cœur western
Où l’on n’a pour amis
Que sa tête et que sa peine
La vie m’a donné
En prime un cœur western
Mais qui t’aime avant tout
Toi la seule qui me comprenne

Je suis droit dans mes bottes
J’ai plus rien à cirer
De ces loups ces coyotes
Qui voulaient m’évincer
M’empêcher de chanter

La vie m’a donné
En prime un cœur western
Qui n’a jamais douté
Aussi loin qu’il s’en souvienne

La vie m’a donné
En prime un cœur western
Avec l’esprit pionnier
Jusqu’au devant de la scène

La vie m’a donné
En prime un cœur western
Et l’envie de chanter
Et de tout mon cœur western

La vie m’a donné
En prime un cœur western

 

ON NOUS AIME
(Paroles et musique : Steelcox)

Pour pas qu’on réveille
Nos mauvais penchants
On nous surveille
J’serai pas délinquant

Sur la toile à domicile
Des programmes volent nos profils
Nos données personnelles
Stockées au septième ciel

On nous aime
C’est fou c’qu’on nous aime
C’est pas que d’l’amour vénal
C’est subliminal

On nous aime
C’est vrai qu’on nous aime
C’est trop fort c’est fusionnel
L’amour donne du zèle !

On s’quitte plus des yeux
Moi et mon compteur
C’est pas à nous deux
Qu’un radar fait peur

On nous contrôle sur la route
Nos portables sont sur écoute
On nous filme nous balise
Nous géolocalise

On nous aime
C’est fou c’qu’on nous aime
On confond les pièges à loups
Et les garde-fous

On nous aime
C’est vrai qu’on nous aime
Et toujours sous surveillance
On r’tombe en enfance

Tu m’dis que je manque de tendresse
Que j’t’oublie que je te délaisse
Rivaliser c’est chaud !
Ils ont mis la barre un peu haut !

On nous aime
C’est fou c’qu’on nous aime
C’est pas que d’l’amour vénal
C’est subliminal

On nous aime
C’est vrai qu’on nous aime
C’est trop fort c’est fusionnel
L’amour donne du zèle !

On nous aime
C’est fou c’qu’on nous aime
Et plus si affinités
On va nous border

On nous aime
C’est vrai qu’on nous aime
Et toujours sous surveillance
On r’tombe en enfance

On nous aime
C’est fou c’qu’on nous aime …

EVA
(En hommage à la chanteuse Eva Cassidy)
(Paroles et musique : Steelcox)

Ta chambre est close
Où chaque soir
La radio te joue ses succès
Tu écoutes
Joan Baez et Ella
Ces voix dont tu rêves.

Tes mains se posent
Sur ta guitare
Et tu apprends seule ses secrets
Tu rejoues
En oublies tes doigts
Quand le jour se lève.

Moi j’écoute toujours ta voix
Dans mon casque ici
C’est très loin pourtant tu vois
Washington D.C.

Tu préférais
Vivre au-dehors
Loin de tous ces bars enfumés
Les dimanches
Quand ta mère et toi
Vous partiez bronzer.

Tu imitais
Stevie Wonder
Avec des lunettes noires sur le nez
Pour faire rire
Ton frère et tes sœurs
Avant ton succès.

Moi j’écoute toujours ta voix
Dans mon casque ici
C’est très loin pourtant tu vois
Washington D.C.

Si ta vie tôt s’acheva
Tu sors de l’oubli
Je veux que tu saches Eva
Que l’on t’aime ici.

Ta vie faite de discrétion
D’amitié sans trahison
De musique sans concessions …

(Solo Guitare)

Si ta vie tôt s’acheva
Tu sors de l’oubli
Je veux que tu saches Eva
Que l’on t’aime ici

Ta voix remplie d’émotion
Tout l’amour dans tes chansons
La musique sans concessions
C’était toi Eva
Eva

Paroles des chansons de l’EP 4 Titres « Femme comme les surfeurs » de Steelcox – Réf. : 1709 :

FEMME COMME LES SURFEURS
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Par soif de défi
Ou par sentiment de vide
Tu voudrais changer ta vie
Que tu juges fade et stupide

Aéroport en partance
Carte Visa bagage à main
Tu t’envoles dès demain

Femme comme les surfeurs
Tu guettes la vague porteuse
Celui qui prendrait ton cœur
Qui saurait te rendre heureuse

L’appétit de vivre
La Californie
Où l’avion se pose
Changeront les choses

Décalage horaire
Tu as retrouvé tes ailes
Plage tee-shirt et huile solaire
Pour un bronzage caramel

Sunset Boulevard en rollers
Chips à la main toi tu te ruines
T’évites les limousines

Femme comme les surfeurs
Tu guettes la vague porteuse
Celui qui prendrait ton cœur
Qui saurait te rendre heureuse

Dans les rues relax
Les joueurs de sax
T’offriront très cool
L’âme et le soul

Femme comme les surfeurs
Si j’étais ta vague porteuse
Celui qui prendrait ton cœur
Qui saurait te rendre heureuse

Femme comme les surfeurs
Femme comme les surfeurs
Femme comme les surfeurs …

HUDSON RIVER
(Paroles et musique : R. Steelcox)

New York sept heures passées
Et Dieu n’est pas levé
Tu as soigné ton look
Tes photos dans ton book
Faudrait qu’tu signes
Dans ce casting

Y’a plein de havanes
Sur l’île Manhattan
Chaque fois qu’tu auditionnes
T’as dans la gorge la pomme
Man dans ton âme
Y’a un Jazzman !

Et quand le ferry franchit
Les eaux d’l’Hudson River
Tes rêves ont changé ta vie
Tu n’es plus qu’un acteur
Tu te vois vibrer sur scène
Loin de l’Hudson River
Oui mais comment rester zen ?
T’es traqueur !

Elle s’en va travailler
Et Dieu n’est pas levé
Que sait-elle du destin ?
Croit-elle en ton instinct ?
Même si d’avance
Elle te fait confiance

Etre comédien né
Ca n’est pas un métier
Avant d’avoir la cote
Tu rames pour le Jackpot
Faudrait qu’tu signes
Dans ce casting

Mais quand le ferry franchit
Les eaux d’l’Hudson River
Toi tu rentres anéanti
Ton étoile brille ailleurs
Tu sèches ses yeux amers
Tu promets son bonheur
Quand la rage de mieux faire
Rend meilleur

Mais tout peut arriver
Si Dieu est réveillé
Comment ont fait Brad Pitt ?
Keanu Reeves, tous ces mythes ?
Léonardo
Sort pas du métro !

Sache qu’on n’attend personne
Le talent ça foisonne
Il faut trouver l’astuce
Avoir le truc en plus
Alors tu signes
Même sans casting

Et quand le ferry franchit
Les eaux d’l’Hudson River
Tes rêves ont changé ta vie
Tu n’es plus qu’un acteur
Et tu pars vibrer sur scène
Loin de l’Hudson River
T’apprendras à rester zen
Même traqueur !
Même traqueur !

Good luck man !

JOUEUR DE BASE BALL
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Le soleil de juin inonde le stade
Uniformes blancs casquettes rouges parade
Toi t’es batteur coté
Jambes pliées, concentré
Le lanceur va lancer
Faut frapper

Joueur de Base Ball
US intox
Tu vis ton rôle
Dans les Red Sox

Elle vibrait pour toi depuis la tribune
Moi j’voulais pour elle décrocher la lune
Bientôt plus teen-ager
Passant en ligue majeure
Comme en sport on a peur
Des truqueurs

Joueur de Base Ball
Rien n’est écrit
Sur nos épaules
Repose la vie

Joueur de Base Ball
US intox
On vit nos rôles
Comme les Red Sox

Nos cœurs s’arrêtent pas
Aux pays d’origine
A la couleur de la peau
Au dieu qui nous fascine

On s’est tourné plutôt
Vers nos passions vivaces
Afin d’atteindre plus haut
Ce but qui nous dépasse

Joueur de Base Ball
S’croire invincible
Rend sous contrôle
Ta gloire possible
Joueur de Base Ball
US intox
On vit nos rôles
Comme les Red Sox
Joueur de Base Ball
T’étais le surhomme
Quand j’étais môme
Dans mes chewing-gums.

LES SOUVENIRS QU’ON LAISSE
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Comme des empreintes de mains
Sur un trottoir
Du côté d’un certain
Hollywood Boulevard

Il reste dans nos cœurs
Des rêves usés
Des scénarios, des peurs
Jamais oubliés

Puisque tout finit et que rien ne dure
Le temps d’un road-movie
Ai-je été dans ta vie
Une valeur sûre ?
Qu’est-ce qui fait qu’on s’attache
Qu’on nous revient toujours ?
Qu’est-ce qui fait qu’on se fâche
Qu’on se sépare un jour ?
Comme ces mails qu’on adresse
Qu’est-ce qui fait nos destins ?
Les souvenirs qu’on laisse
Un jour dans le cœur des humains

Je traîne jusqu’au matin
Sur ce trottoir
Dans ta rue mais si loin
D’Hollywood Boulevard

Je m’accroche à tes traces
A m’en faire mal
Refusant que s’effacent
Nos poussières d’étoiles

Puisque tout finit et que rien ne dure
Façon Tom et Jerry
J’étais pas dans ta vie
Une valeur sûre

Qu’est-ce qui fait qu’on nous parle
Parfois qu’on nous sourit ?
Qu’est ce qui fait qu’on nous charme
Ou bien qu’on nous oublie ?
Qu’est-ce qui fait mauvaise presse
Ou passer pour un saint ?
Les souvenirs qu’on laisse
Un jour dans le cœur des humains

Les hommes pourraient s’aimer
A défaut s’estimer
Dans ce bas monde
Mais juste pour une idée
Bien avant d’en changer
La terre gronde

Tous les dieux les prophètes
Ont le même discours
Leurs messages sont en fait
Des commandements d’amour

Qu’est ce qui fait mauvaise presse
Ou passer pour un saint ?
Les souvenirs qu’on laisse
Un jour dans le cœur des humains …

Paroles de quelques chansons de l’album « Voleur de femmes » – Réf. : 88450223596 :

VOLEUR DE FEMMES
(Paroles et musique : Steelcox)

Tu marches tout près de moi
Des regards se posent sur toi
Un homme s’est approché
Dans l’ombre il t’a parlé
Et vous partiez sans bruit
Mais j’suis réveillé
Le cauchemar passé

J’allume une cigarette
J’écoute tes pas sont dans ma tête
Deux heures à mon réveil
J’sais plus si j’ai sommeil
J’me retourne dans mon lit
J’peux pas t’accuser
Juste imaginer
Voleur de femmes, voleur de femmes
Ma Winchester est cachée sous mon lit
Un Colt 45 au temps de l’Ouest
Changeait bien la vie
Voleur de femmes, voleur de femmes
Je garde un chien de ma chienne à celui
Qui serait un jour voleur de femmes
Pour t’emporter, te faire rêver
Et surtout surtout m’oublier

C’est vrai j’suis pas guéri
De ce mal nommé jalousie
Devant mon verre d’alcool
J’me sens un peu moins seul
Tu fais d’ma libido
Télé ou radio
CD vidéo

J’suis pas pire ni meilleur
Même si mon ombre te fait peur
Facile de diviser
Par deux le monde entier
Pour le vide qu’il me reste
J’peux pas t’accuser
Juste imaginer

Voleur de femmes, voleur de femmes
Smith et Wesson avaient bien tout compris
Sans somnifères un Remington
Aide à dormir
…
Voleur de femmes, voleur de femmes
Je mets à prix la tête de celui
Qui serait un jour voleur de femmes
Pour t’emporter, te faire rêver
Et surtout surtout m’oublier …

SOLO

Voleur de femmes, voleur de femmes
Ma Winchester est cachée sous mon lit
Un Colt 45 au temps de l’Ouest
Changeait bien la vie
Voleur de femmes, voleur de femmes
Je garde un chien de ma chienne à celui
Qui serait un jour voleur de femmes
Pour t’emporter, te faire rêver
Et surtout surtout m’oublier

LES LUMIERES DU HIGHWAY
(Paroles et musique : Steelcox)

Toutes les lumières du highway
Ont cent fois des nuits entières
Retenu mes yeux ouverts
Quand en patrouille je bâillais

Toutes les lumières du highway
Au son des messages radio
Ont eu souvent dans le dos
Les frissons que je cachais

Les dealers, les voleurs, les truands
N’auront pas ma dernière goutte de sang
Les tueurs, rabatteurs, trafiquants
Veulent mon scotch au fond de ma boîte à gants !

Le chant des sirènes
Eloignent les filles
Mais les types qui traînent
Sont des sans famille

Petit jour sur le highway
Ma voiture rentre au dépôt
Je rêve à ton café chaud
A ces nuits qu’on se promet

Appel urgent du central :
« Signalons règlement de comptes … »
Si j’en crois ce qu’on raconte
J’suis pas couché c’est normal !

Dans ce bar malfamé sous acide
J’arrive en candidat au suicide
J’interroge des types louches des rôdeurs
Qui me prennent pour un enfant de chœur

Entre nous je craque
Police fédérale
J’viens rendre ma plaque
J’trouve plus ça génial

Les dealers, les voleurs, les truands
N’auront pas ma dernière goutte de sang
Les tueurs, rabatteurs, trafiquants
Y’a plus de scotch au fond de ma boîte à gants !


LE TEMPS N’EFFACE PAS TOUT
(Paroles et musique : Steelcox)

Adieu les fausses routes
Les chemins balisés
Quittons nos peurs nos doutes
Nos vies glacées

Les pauvres sans espoirs
Et les jeunes qui s’ennuient
N’ont qu’à venir ce soir
Tout est permis

Nous partons retrouver le Rock
De nos années rebelles
Sur des Harleys chromées d’époque
Nous serions Hells Angels
Pour que le temps n’efface pas tout

Déjà le vent d’été
Nous caresse la peau
Roulons vitres baissées
Droit vers ce show

Faut s’faire des souvenirs
A pouvoir partager
Des promesses à tenir
Pour exister

J’ai toujours des envies d’ailleurs
Qui tournent à l’idée fixe
Elle sait comment garder nos cœurs
La route sixty six
Pour que le temps n’efface pas tout

Quand la mémoire indienne
Au rythme du Pow-Wow
Danse sur ses terres lointaines
Y’a pas photo

Pour vivre il faut bouger
Crier ses sentiments
Comment sans être aimé
Être vivant ?

Comment sans être aimé
Vivre vraiment ?

Vivre et ne rien gâcher
Pour mieux lutter
Contre le temps.

 

 

JE TRAVERSE L’ARIZONA
(Paroles et musique : Steelcox)

Un routier pour toi ça s’appelle
Un forçat des freeways
Ou bien l’incarnation réelle
Du « time is money »

Bien sûr y’a du pour du contre
Du faux et du vrai
Mais cette course contre la montre
C’est ma liberté

Je traverse l’Arizona
Et le Nouveau Mexique
Pied trop lourd et je suis la proie
De l’insomnie des flics

Quand tu t’endors là-bas
Je résiste à mon sommeil
Aux sanglots dans ta voix
Qui résonnent à mes oreilles

Mais un jour ce montre de chrome
Aux chevaux d’acier
Deviendra pour toi mobil home
Si t ’es décidée

Sinon bye bye à la route
Qui nous prend la vie
A coups d’absences et de doutes
De fatigue aussi

Je traverse l’Arizona
Et le Nouveau Mexique
Si mon chien vit bien mieux que moi
En laisse moi je panique !

Prochaine aire de repos
Pour un café gratuit
J’éteindrai la radio
Je t’appellerai c’est promis

Je traverse l’Arizona
Et le Nouveau Mexique
J’aurais pu finir hors-la-loi
Ou même agent du fisc !

Mon stetson sur les yeux
Je m’allonge quand-même
Je ferai de mon mieux
Pour te prouver que je t’aime …

 

Paroles de l’EP 2 titres « Mon côté Rock n’ Roll » – Réf. : 1707 :

MON COTE ROCK N’ ROLL
(Paroles : Steelcox – Musique : F. Bertrand)

La musique se cherche aujourd’hui
Tu m’dis qu’le Hip Hop ça t’ennuie
Moi le Rap souvent me désole
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll
Y’a plus de feeling plus de swing
Mais comment chanter comme le King ?
J’crois pas qu’ça s’apprenne à l’école
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll

C’est vrai que tout a commencé
Au son d’un blues à la guitare
Par un Blanc qui savait chanter
Comme un Noir
Les radios s’étaient enflammées
Pour changer le cours de l’histoire
Et pour donner
Le départ

Le blues c‘est parler à ses frères
De leurs peines d’amour de misères
Pour tenter d’y mettre un bémol
Aider à se sentir moins seuls
Quand ça nous touche à l‘intérieur
C’est aussi une histoire de cœur
Plus intime et sans presse people
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll

Au Refrain et Solo

Bob Dylan a même embrassé
Le sol où se tenait Elvis
Le studio n’est plus qu’un musée
A Memphis
Les radios s’étaient enflammées
Pour changer le cours de l’histoire
Et pour donner
Le départ

Tu m’dis de ranger mes photos
Avec mes coups d’œil au rétro
J’veux bien t’en donner ma parole
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll
Elvis c’est toujours des chefs d’œuvre
Garantis sur pièces et main d’œuvre
Y’a plus rien alors j’me console
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll

C’est vrai que tout a commencé
Au son d’un blues à la guitare
Par un Blanc qui savait chanter
Comme un Noir
Les radios s’étaient enflammées
Pour changer le cours de l’histoire
I’m all shook up !
Les radios s’étaient enflammées
Pour changer le cours de l’histoire
Et pour donner
Le départ

LE SYNDROME DE PETER PAN
(Paroles : Steelcox – Musique : F. Bertrand)

Y’a rien sous ton lit
J’t’embrasse, j’éteins la lumière
Mais avant la nuit
J’voudrais repasser la frontière

Vivre avec toi
Dans l’univers des enfants
Mais j’ai pas droit
Au syndrome de Peter Pan

Au Pays de Nulle Part
On piège les faux-semblant
On est d’une race à part
On peut défier le temps
Etre des géants

Ensemble on gomme
Nos blessures et nos angoisses
On se parle entre hommes
Pour s’envoler dans l’espace

Le bien, le mal
Dessinent les bons, les méchants
Moi je trouve génial
Le syndrome de Peter Pan

La vie est bien trop brève
Pour lui tourner le dos
Faut se battre pour ses rêves
Prendre l’amour au lasso
Etre ce héros

Quand la vie trop dure
Va du malheur à la haine
C’est débile bien sûr
L’île des fées, des sirènes

A cœur ouvert
Se transporter dans le temps
Moi je trouve super
Le syndrome de Peter Pan

Y’a rien sous ton lit
J’t’embrasse, j’éteins la lumière
Mais avant la nuit
Moi j’ai repassé la frontière

J’rêve avec toi
Dans l’univers des enfants
Même si j’ai pas droit
Au syndrome de Peter Pan

Paroles de l’EP 2 Titres « Shooting » – Réf. : 1708 :

SUR LES TRACES DE KATE MOSS
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Elle fuit les briques rouges de sa banlieue
Elle a trop de rêves au fond des yeux
Sa main balaie ses mèches
Je vois son teint de pêche
Moi je l’ai prise en stop
A Londres au grand Fashion Shop

J’apprends qu’elle est top-model en somme
Après ses débuts sur les podiums
C’est pas une coquille vide
Qui rêve de tabloïds
Elle veut malgré le prix
Etre l’actrice de sa vie

Elle sera bien malgré elle
Héros et rebelle
Esquivant les coups les bosses
Sur les traces de Kate Moss

Parfois même un peu fragile
Toujours sur un fil
Tantôt douce, tantôt féroce
Sur les traces de Kate Moss

Elle sera à l’heure pour son shooting
Je sens bien la route elle son feeling
Bientôt pixélisée
Icône papier glacé
J’la reverrai j’imagine
Sur les pages d’un magazine

Elle défile sous les regards
Vêtue comme une star
J’ai pas les moyens d’un boss
Sur les traces de Kate Moss

On épie sa moindre erreur
Son poids, sa minceur
Victime de ses rêves de gosse
Sur les traces de Kate Moss

Elle règnera sur la Jet Set
Etoile ou comète
Objet de désir précoce
Sur les traces de Kate Moss

La mode c’est pas ma tasse de thé
Pas mon sacerdoce
Mais j’ai bien failli craquer
Sur les traces de Kate Moss …

 

PAS DE SHOOT
(Paroles et musique : R. Steelcox)

J’ai marché des heures entières
Sur les trottoirs de la cité
On n’aime pas les solitaires
Y’a personne à qui parler

Quelque chose t’arrache à moi
Et c’est un coup dur pour l’orgueil
Je perds tout si tu t’en vas
Mais j’veux pas d’un plan destroy

Pas de shoot oh non pas de shoot
C’est bien décidé
Quand j’étais un teen-ager
Je me shootais au flipper
J’avais déjà constaté
Que la roulette était truquée
Pas de shoot oh non pas de shoot
Faut pas insister
Ado à cet âge critique
Je me shootais de musique
Croyant que j’étais celui
A qui la chance n’a pas souri

Inutile de casser le jeu
Tant que l’on peut sauver la mise
On n’fait pas toujours ce qu’on veut
Il faut bien traverser la crise
Quelque chose m’attache à toi
Qui nous vient sans même qu’on le veuille
Je perds tout si tu t’en vas
Mais j’veux pas d’un plan destroy

Pas de shoot oh non pas de shoot
J’ai cessé de fumer
Quand j’rêvais à mes idoles
J’aimais déjà pas boire seul
J’préférais un air de rock
De quoi surmonter le choc
Pas de shoot oh non pas de shoot
Faut pas me forcer
Je garde mon self-control
Même si c’est pas toujours drôle
J’ai des rêves sur mesures
Et le feu sacré qui dure

Pas de shoot oh non pas de shoot …

 

Paroles d’autres chansons de Steelcox :

 

COMME JOHNNY CASH

(Paroles et musique : R. Steelcox)

Moi j’aurais jamais connu Sam Philips
Son empire du soleil où naquit Elvis
Dans les studios de la Sun Records

Car bien sûr j’étais trop jeune et pas sudiste
Né trop tard et ailleurs mais comme en coulisses
C’est sûr parfois j’en rêve encore

Quatorze ans toujours nul à l’école
J’avais eu déjà le coup de flash
Devant les photos de mes idoles
Moi j’voulais chanter comme Johnny Cash

A quinze ans j’allais rôder à Paris
Sur les trottoirs mouillés des maisons de disques
Le nez collé à la vitrine

Mais comment savoir qu’ici c’est pas Memphis
Je n’osais pas entrer par la peur du risque
Demain je serai moins timide

A ces filles qui ont tenté l’approche
Je leur dis pardon oui pour le crash
Solitaire ailleurs près du juke box
Je préférais chanter comme Johnny Cash

Country boy ou bien fou visionnaire
Fidèle à mon rêve sans être lâche
Je me suis jeté dans des galères
Pour pouvoir chanter comme Johnny Cash

Aujourd’hui sans toi je suis moins fier
Mais à l’heure où le soleil se cache
Je suis là devant ma boîte de bière
A me dire qui était Johnny Cash

 

DEVENIR INTIME
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Les mots de ta bouche
Tes mains qui me touchent
Ont lancé des appels, des ondes vers moi
J’suis comme magnétisé par toi
Touché côté love
J’suis piégé
Un autre à ma place
Chercherait l’espace
Moi je veux sans jamais squatter ton cœur
Percer tes secrets intérieurs
Touché côté love
Je voudrais

Devenir intime
Partager ta vie
Etre là quand tu t’éveilles quand tu souris
Devenir intime
D’une passion intense
Au point de prédire les choses que tu penses
Devenir intime

Amulette vaudou
Mages et marabouts
Vos pouvoirs ont dû sur moi s’épuiser
Pour une affection retrouvée
Cassé côté love
J’y croirais
Touché côté love
Je voudrais

Devenir intime
Sans peurs sans un voile
Céder au désir jusqu’au bout des étoiles
Devenir intime
Vivre par tes yeux
Par l’âme et le corps être un seul être à deux
Devenir intime
Pour t’aimer plus fort
Pour brûler la vie à deux braver la mort
Devenir intime.

 

QUAND IL S’EN VA
(Paroles et musique : Steelcox)

On a enterré
La hache de guerre
Signé le traité de paix
Exaucé nos prières
Entre nous pas de perdant
Ni de vainqueur au regard fier
C’est comme un vrai pacte de sang
Croix de bois croix de fer

Le bonheur ne se voit
Que quand il s’en va
S’entend à tout ce qu’il déchire
On ne sait pourquoi
Mais quand il s’en va
Soudain aimer c’est souffrir

On a retrouvé
Cet état de grâce
On a vu réconciliés
La vérité en face
Qui sait où il s’est caché
Dans le jour la nuit les étoiles
Dans l’avenir ou le passé
Dans le bien ou le mal

Le bonheur ne se voit
Que quand il s’en va
S’entend à tout ce qu’il déchire
On ne sait pourquoi
Mais quand il s’en va
Soudain aimer c’est souffrir

La vie est trop courte
Et le monde est trop grand
Les esprits partout écoutent
L’âme de l’homme Blanc
Le bonheur se tient secret
Tant qu’il survit et reste indemne
On ne sait trop où il est
Mais souvent en nous-mêmes

Le bonheur ne se voit
Que quand il s’en va
S’entend à tout ce qu’il déchire
On ne sait pourquoi
Mais quand il s’en va
Soudain aimer c’est souffrir

Le bonheur ne se voit
Que quand il s’en va
S’entend à tout ce qu’il déchire
On ne sait pourquoi
Mais quand il s’en va
Soudain aimer c’est souffrir

 

UN SOIR DE BLUES
(Paroles et musique : R. Steelcox)

On soigne son stress dans cette boîte de nuit
Lampes tamisées, l’âme endolorie
On se laisse aller au son du juke box
Ambiance feutrée, scotch on the rocks
On est moins seul un soir de blues

L’homme sait si bien bâtir ses ghettos
Tu ne m’aimes plus quand je t’aime trop
Tu te dis l’esclave de toutes tes attaches
Oui mais ces chaînes que l’on se cache
Nous rendent moins seuls un soir de blues

J’me console au feeling
De la guitare de BB King
Elles me donnent chaud au cœur
Les mélodies du vieux John Lee Hooker

(Solo sur couplet)

Les chaises sur les tables terminent la soirée
Le jeune barman dit qu’on va fermer
La patronne au bar recoiffe son caniche
J’ai pas sommeil même si je triche
Pour écouter un dernier blues

Comme une main sur l’épaule
M’apaise la voix de Nat King Cole
Elles m’entraînent et je plane
Toutes les chansons de Steevie Ray Vaughan

J’me console au feeling
De la guitare de BB King
Elles me donnent chaud au cœur
Les mélodies du vieux John Lee Hooker …

VALPARAISO
(Paroles et musique : Steelcox)

C’est une ville née de la mer
Où des secrets dorment encore
Rien n’est pire que l’enfer
De retour du Cap Horn

Est-ce un mystère, une rumeur
Le vrai pouvoir là-bas du vent
Qui souffle dans les cœurs
Rend amoureux les gens ?

Laissons entrer dans nos cœurs gros
La magie de Valparaiso

Aujourd’hui c’est sous le soleil
Le paradis des chiens, des chats
Les bottes sont en sommeil
Les marins vers Panama

Ils s’en venaient reprendre haleine
Des bars à filles aux quais du port
Et puis Good Bye Farewell
Tant d’amour flotte encore

Centaine d’amour même si Pablo
Vécut loin de Valparaiso

Laissons entrer dans nos cœurs gros
La magie de Valparaiso

Il y a ici souvent dans l’air
Trop de tracas, trop de tourments
Des tensions et des colères
Là-bas tout est différent

Comment tenter une autre chance ?
Comment prendre un nouveau départ ?
Suffirait-il qu’on y pense ?
Il n’y a pas de hasard

Laissons entrer dans nos cœurs gros
La magie de Valparaiso
En rêvant d’un monde plus beau
Nous irons à Valparaiso.