Paroles

Quelques paroles de chansons de Steelcox

. DANS UNE VILLE DE PROVINCE
(Paroles et musique : R. Steelcox)

C’est foutu pour le week-end
J’t’ai même pas vue de la semaine
J’pars chanter vers Chalons ou Reims
Dans une ville de province

Mes bagages sont dans la voiture
Autoroute aventure
Tu es loin et mon cœur se pince
Dans une ville de province

Y’a toujours une raison d’être
Qui nous pousse à réapparaître
Qui toujours me ramène à toi c’est toi
Que je parte à l’est ou à l’ouest
Tu es toujours ce qui me reste
Cette idée qui demeure en moi c’est toi

Mes rêves ont la couleur des spots
Et dès les premières notes
Je revis plus heureux qu’un prince
Dans une ville de province

Pour partir sous les bravos
Les sourires en cadeaux
Les regrets ne sont pas minces
Dans une ville de province

Y’a toujours une raison d’être
Qui nous pousse à réapparaître
Qui toujours me ramène à toi c’est toi
Que je parte à l’est ou à l’ouest
Tu es toujours ce qui me reste
Cette idée qui demeure en moi c’est toi

Minuit passé j’ai sommeil
Mais y’a toujours à l’hôtel
Une porte des escaliers qui grincent
Dans une ville de province

Au matin j’cours à la voiture
Café noir à toute allure
Tu es loin et mon cœur se pince
Dans une ville de province

Y’a toujours une raison d’être
Qui nous pousse à réapparaître
Qui toujours me ramène à toi c’est toi
Que je parte à l’est ou à l’ouest
Tu es toujours ce qui me reste
Cette idée qui demeure en moi c’est toi

. SUR LES TRACES DE KATE MOSS 
(Paroles et musique : R. Steelcox )

Elle fuit les briques rouges de sa banlieue 
Elle a trop de rêves au fond des yeux 
Sa main balaie ses mèches 
Je vois son teint de pêche
Moi je l’ai prise en stop 
A Londres au grand Fashion Shop


J’apprends qu’elle est top-model en somme 
Après ses débuts sur les podiums 
C’est pas une coquille vide 
Qui rêve de tabloïds
Elle veut malgré le prix 
Etre l’actrice de sa vie

Elle sera bien malgré elle 
Héros et rebelle 
Esquivant les coups les bosses 
Sur les traces de Kate Moss

Parfois même un peu fragile 
Toujours sur un fil 
Tantôt douce, tantôt féroce 
Sur les traces de Kate Moss

Elle sera à l’heure pour son shooting 
Je sens bien la route elle son feeling 
Bientôt pixélisée 
Icône papier glacé
J’la reverrai j’imagine 
Sur les pages d’un magazine


Elle défile sous les regards 
Vêtue comme une star 
J’ai pas les moyens d’un boss 
Sur les traces de Kate Moss


On épie sa moindre erreur 
Son poids, sa minceur 
Victime de ses rêves de gosse 
Sur les traces de Kate Moss


Elle règnera sur la Jet Set 
Etoile ou comète 
Objet de désir précoce 
Sur les traces de Kate Moss


La mode c’est pas ma tasse de thé 
Pas mon sacerdoce 
Mais j’ai bien failli craquer 
Sur les traces de Kate Moss

La mode c’est pas ma tasse de thé 
Pas mon sacerdoce 
Mais j’ai bien failli craquer 
Sur les traces de Kate Moss

Sur les traces de Kate Moss

. COMME JOHNNY CASH
(Paroles et musique : R. Steelcox) 

Moi j’aurais jamais connu Sam Philips 
Son empire du soleil où naquit Elvis 
Dans les studios de la Sun Records 


Car bien sûr j’étais trop jeune et pas sudiste 
Né trop tard et ailleurs mais comme en coulisses 
C’est sûr parfois j’en rêve encore 

Quatorze ans toujours nul à l’école 
J’avais eu déjà le coup de flash 
Devant les photos de mes idoles 
Moi j’voulais chanter comme Johnny Cash 


A quinze ans j’allais rôder à Paris 
Sur les trottoirs mouillés des maisons de disques 
Le nez collé à la vitrine 


Mais comment savoir qu’ici c’est pas Memphis 
Je n’osais pas entrer par la peur du risque 
Demain je serai moins timide 


A ces filles qui ont tenté l’approche 
Je leur dis pardon oui pour le crash 
Solitaire ailleurs près du juke box 
Je préférais chanter comme Johnny Cash 


Country boy ou bien fou visionnaire 
Fidèle à mon rêve sans être lâche 
Je me suis jeté dans des galères 
Pour pouvoir chanter comme Johnny Cash 


Aujourd’hui sans toi je suis moins fier 
Mais à l’heure où le soleil se cache 
Je suis là devant ma boîte de bière 
A me dire qui était Johnny Cash

. LES LUMIERES DU HIGHWAY
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Toutes les lumières du highway
Ont cent fois des nuits entières
Retenu mes yeux ouverts
Quand en patrouille je bâillais

Toutes les lumières du highway
Au son des messages radio
Ont eu souvent dans le dos
Les frissons que je cachais

Les dealers, les voleurs, les truands
N’auront pas ma dernière goutte de sang
Les tueurs, rabatteurs, trafiquants
Veulent mon scotch au fond de ma boîte à gants !

Le chant des sirènes
Eloignent les filles
Mais les types qui traînent 
Sont des sans famille

Petit jour sur le highway
Ma voiture rentre au dépôt
Je rêve à ton café chaud
A ces nuits qu’on se promet

Appel urgent du central :
« Signalons règlement de comptes … »
Si j’en crois ce qu’on raconte
J’suis pas couché c’est normal !

Dans ce bar malfamé sous acide
J’arrive en candidat au suicide
J’interroge des types louches des rôdeurs
Qui me prennent pour un enfant de chœur

Entre nous je craque
Police fédérale
J’viens rendre ma plaque
J’trouve plus ça génial

Les dealers, les voleurs, les truands
N’auront pas ma dernière goutte de sang
Les tueurs, rabatteurs, trafiquants
Y’a plus de scotch au fond de ma boîte à gants ! 

. JE TRAVERSE L’ARIZONA
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Un routier pour toi ça s’appelle
Un forçat des freeways
Ou bien l’incarnation réelle
Du « time is money »
Bien sûr y’a du pour du contre
Du faux et du vrai
Mais cette course contre la montre
C’est ma liberté

Je traverse l’Arizona
Et le Nouveau Mexique
Pied trop lourd et je suis la proie
De l’insomnie des flics
Quand tu t’endors là-bas
Je résiste à mon sommeil
Aux sanglots dans ta voix
Qui résonnent à mes oreilles

Mais un jour ce monstre de chrome
Aux chevaux d’acier
Deviendra pour toi mobil home
Si t ’es décidée
Sinon bye bye à la route
Qui nous prend la vie
A coups d’absences et de doutes
De fatigue aussi

Je traverse l’Arizona
Et le Nouveau Mexique
Si mon chien vit bien mieux que moi
En laisse moi je panique !
Prochaine aire de repos
Pour un café gratuit
J’éteindrai la radio
Je t’appellerai c’est promis

Je traverse l’Arizona
Et le Nouveau Mexique
J’aurais pu finir hors-la-loi
Ou même agent du fisc !
Mon stetson sur les yeux
Je m’allonge quand-même
Je ferai de mon mieux
Pour te prouver que je t’aime …

. LES ESSUIE-GLACES
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Y’a sur mon pare-brise des gouttes d’eau comme des larmes
Malgré les essuie-glaces
Non j’suis pas de glace

Y’a sur mon pare-brise des souvenirs en flash back
Comme sur l’écran d’un cinéma
Où je te retrouve où je te revois
Au temps d’avant d’avant tout ça

Y’a sur mon pare-brise des gouttes d’eau comme des larmes
Malgré les essuie-glaces
J’ai plus l’mot de passe

Toi et ta valise dans mon rétroviseur
Tu m’abandonnes aux cheeseburgers
Pour Las Vegas en vol charter
Je te dépose rien au chauffeur 

Même si j’entends une voix off
Qui m’dit qu’tu mens ou que tu bluffes
C’est pas vraiment ça qui t’arrête
J’ai tout faux et ça m’prend la tête

Je te vois partir chagrin d’aéroport
Derrière mes essuie-glaces
J’dois refaire surface

Non j’veux pas finir dans la peau d’un loser
D’un hooligan du désespoir
En écumant la nuit les bars
Dealer pour le fric un verre à boire

Nul doute que tu veux m’oublier
Pour moi ton cœur est verrouillé
Que je refuse ou que j’admette
J’ai tout faux et ça m’prend la tête

Y’a sur mon pare-brise des gouttes d’eau comme des larmes
Malgré les essuie-glaces
J’ai plus l’mot de passe

Toi et ta valise dans mon rétroviseur
Tu m’abandonnes aux cheeseburgers
Pour Las Vegas en vol charter
Je te dépose rien au chauffeur

Et si ça fait mal je sais bien pourquoi … 

. SI TON BONHEUR ETAIT ICI
(Paroles : R. Steelcox – Musique : G. Losfeld)

J’ai vu plus d’une fois  
Des gens se quitter dans les gares
Ils pensaient comme toi  
Qu’on vit toujours mieux autre part

Le visage figé 
Tu fais un signe de la main
L’adieu ne peut changer
Mon cœur du jour au lendemain

Refrain : 
Si ton bonheur était ici
S’il existait ton paradis
Près de ce fou prends un billet
Reviens chez moi je t’attendrais
Reviens chez moi
Je t’aimerais

Si ton bonheur était ici
Parmi mes joies et mes amis
N’hésite pas prends un billet
Reviens chez moi je t’attendrais  
Reviens chez moi
Je t’aimerais

(Couplet)

Il paraît qu’à la ville
Les gens ne se connaissent pas
La vie n’est pas facile
Et l’argent est l’unique loi

Quand tes yeux s’ouvriront  
Là-bas sur un nouvel amour
Souviens toi de mon nom
Si la chance tournait un jour

(Refrain)

Les trains on derrière eux
Un peu de rêve et d’abandon
Je serai plus heureux
Le jour où nous nous reverrons

Qui va te protéger
Tu fais un signe de la main
L’adieu ne peut changer
Mon cœur du jour au lendemain 

(Refrain ad lib.)

. EVA
(En hommage à Eva Cassidy)
(Paroles et musique : R. Steelcox) 

Ta chambre est close
Où chaque soir
La radio te joue ses succès
Tu écoutes
Joan Baez et Ella
Ces voix dont tu rêves. 

Tes mains se posent
Sur ta guitare
Et tu apprends seule ses secrets
Tu rejoues
En oublies tes doigts
Et le jour se lève. 

Moi j’écoute toujours ta voix
Dans mon casque ici
C’est très loin pourtant tu vois
Washington D.C. 

Tu préférais
Vivre dehors
Loin de tous ces bars enfumés
Les dimanches
Quand ta mère et toi
Vous partiez bronzer. 

Tu imitais
Stevie Wonder
Avec des lunettes noires sur le nez
Pour faire rire
Ton frère et tes sœurs
Avant ton succès.  

Moi j’écoute toujours ta voix
Dans mon casque ici
C’est très loin pourtant tu vois
Washington D.C.
Si ta vie tôt s’acheva
Tu sors de l’oubli

 Je veux que tu saches Eva
Que l’on t’aime ici.


Ta vie faite de discrétion
D’amitié sans trahison
De musique sans concessions … 

(Solo Guitare) 

Si ta vie tôt s’acheva
Tu sors de l’oubli
Je veux que tu saches Eva
Que l’on t’aime ici
Ta voix remplie d’émotion
Tout l’amour dans tes chansons
La musique sans concessions
C’était toi Eva
Eva 

. JOUEUR DE BASE BALL
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Le soleil de juin inonde le stade
Uniformes blancs casquettes rouges parade
Toi t’es batteur coté
Jambes pliées, concentré
Le lanceur va lancer
Faut frapper

Joueur de Base Ball
US intox
Tu vis ton rôle
Dans les Red Sox

Elle vibrait pour toi depuis la tribune
Moi j’voulais pour elle décrocher la lune
Bientôt plus teen-ager
Passant en ligue majeure
Comme en sport on a peur
Des truqueurs

Joueur de Base Ball
Rien n’est écrit
Sur nos épaules
Repose la vie

Joueur de Base Ball
US intox
On vit nos rôles
Comme les Red Sox

Nos cœurs s’arrêtent pas
Aux pays d’origine
A la couleur de la peau
Au dieu qui nous fascine

On s’est tourné plutôt
Vers nos passions vivaces
Afin d’atteindre plus haut
Ce but qui nous dépasse

Joueur de Base Ball
S’croire invincible
Rend sous contrôle
Ta gloire possible

Joueur de Base Ball
US intox
On vit nos rôles
Comme les Red Sox

Joueur de Base Ball
T’étais le surhomme
Quand j’étais môme
Dans mes chewing-gums.

. ON NOUS AIME  
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Pour pas qu’on réveille
Nos mauvais penchants
On nous surveille
J’serai pas délinquant
Sur la toile à domicile
Des programmes volent nos profils
Nos données personnelles
Stockées au septième ciel

On nous aime
C’est fou c’qu’on nous aime
C’est pas que d’ l’amour vénal
C’est subliminal

On nous aime
C’est vrai qu’on nous aime
C’est trop fort c’est fusionnel
L’amour donne du zèle !


On s’quitte plus des yeux
Moi et mon compteur
C’est pas à nous deux
Qu’un radar fait peur
On nous contrôle sur la route
Nos portables sont sur écoute
On nous filme nous balise
Nous géolocalise

On nous aime
C’est fou c’qu’on nous aime
On confond les pièges à loups
Et les garde fous
On nous aime
C’est vrai qu’on nous aime
Et toujours sous surveillance
On r’tombe en enfance !    

Tu dis que je manque de tendresse
Que j’t’oublie que je te délaisse
Rivaliser c’est chaud
Ils ont mis la barre un peu haut ! 


On nous aime
C’est fou c’qu’on nous aime
Et plus si affinités
On va nous border !
On nous aime
C’est vrai qu’on nous aime
Et toujours sous surveillance
On r’tombe en enfance ! 

. VIVRE LA VIE D’UNE ROCK STAR 
(Paroles et musique : R. Steelcox)
 

Pas de fric ni de frime
Dans sa banlieue blues
Elle voit Miami Beach
Qu’en télé dans les news 

Elle achète à tout prix
Ces soirées de concert
Elle voudrait faire sa vie
Loin des plaies de la terre

Vivre la vie d’une rock star
De show en show de bar en bar
Partager toutes ces nuits folles
Se faire aimer d’un sex-symbol

Elle se sent femme et prise au piège
D’une idole en backstage 

Sa vision de l’école
Et les codes des parents
L’ont rendue assez folle
Elle veut vivre autrement

Elle se battra encore
Dans le hall de l’hôtel
Prête à donner son corps
Pour un signe du ciel

Vivre la vie d’une rock star
Dans l’univers chaud des guitares
Même si la vie est moins facile
Dans les tournées de ville en ville

Elle se sent fan et prise au piège
D’une idole en backstage 

Elle a tous ses albums solo
Connaît par cœur ses vidéos 

Vivre la vie d’une rock star
De show en show de bar en bar … 

. UN SOIR DE BLUES
(Paroles et musique : R. Steelcox
)

On soigne son stress dans cette boîte de nuit
Lampes tamisées, l’âme endolorie
On se laisse aller au son du juke box
Ambiance feutrée, scotch on the rocks
On est moins seul un soir de blues

L’homme sait si bien bâtir ses ghettos
Tu ne m’aimes plus quand je t’aime trop
Tu te dis l’esclave de toutes tes attaches
Oui mais ces chaînes que l’on se cache  
Nous rendent moins seuls un soir de blues

J’me console au feeling
De la guitare de BB King
Elles me donnent chaud au cœur
Les mélodies du vieux John Lee Hooker

Les chaises sur les tables terminent la soirée
Le jeune barman dit qu’on va fermer
La patronne au bar recoiffe son caniche
J’ai pas sommeil même si je triche
Pour écouter un dernier blues

Comme une main sur l’épaule
M’apaise la voix de Nat King Cole
Elles m’entraînent et je plane
Toutes les chansons de Steevie Ray Vaughan

J’me console au feeling
De la guitare de BB King
Elles me donnent chaud au cœur
Les mélodies du vieux John Lee Hooker … 

. MON COTE ROCK N’ ROLL  
(R.Steelcox – F. Bertrand)

La musique se cherche aujourd’hui
Tu m’dis qu’le Hip Hop ça t’ennuie
Moi le Rap souvent me désole
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll
Y’a plus de feeling plus de swing
Mais comment chanter comme le King ?
J’crois pas qu’ça s’apprenne à l’école
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll

C’est vrai que tout a commencé
Au son d’un blues à la guitare
Par un Blanc qui savait chanter
Comme un Noir
Les radios s’étaient enflammées
Pour changer le cours de l’histoire 
Et pour donner
Le départ

Le blues c‘est parler à ses frères
De leurs peines d’amour de misères
Pour tenter d’y mettre un bémol
Aider à se sentir moins seuls
Quand ça nous touche à l‘intérieur
C’est aussi une histoire de cœur
Plus intime et sans presse people
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll

Au Refrain et  Solo

Bob Dylan a même embrassé
Le sol où se tenait Elvis
Le studio n’est plus qu’un musée
A Memphis
Les radios s’étaient enflammées
Pour changer le cours de l’histoire 
Et pour donner
Le départ


Tu m’dis de ranger mes photos
Avec mes coups d’œil au rétro
J’veux bien t’en donner ma parole
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll

Elvis c’est toujours des chefs d’œuvre
Garantis sur pièces et main d’œuvre
Y’a plus rien alors j’me console
Mais c’est mon côté Rock n’ Roll

C’est vrai que tout a commencé
Au son d’un blues à la guitare
Par un Blanc qui savait chanter
Comme un Noir
Les radios s’étaient enflammées
Pour changer le cours de l’histoire 
I’m all shook up !
Les radios s’étaient enflammées
Pour changer le cours de l’histoire 
Et pour donner
Le départ

. PAS LOSER
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Diplômé mais pour quoi faire
Génération en galère
Pour pizzas à domicile
Baby sitting 

On a tous des rêves d’enfance
Qui ont mérité leurs chances
Et même quand on les déguise
La place est prise

Je n’veux plus attendre remettre à demain
J’ai pas la patience des femmes de marin

J’suis pas loser
C’est pas mon code génétique
Pas mes valeurs
Mon karma vire pas mystique
J’suis pas loser
Y’a une erreur de casting
Je suis bon joueur
J’compte plutôt sur le forcing

J’ai pas bien compris la fibre
Des bloqueurs de tous calibres
Partisans des raisons contre
Quand ils se montrent

Sans inviter la jeunesse
A l’assaut des forteresses
J’suis pour la vie positive
Les perspectives

Je doute qu’on préfère l’outsider
Regard d’chien battu la hargne au cœur

J’suis pas loser
J’vais pas endosser la crise
Qui à ses yeux
Me casse me dévalorise
J’suis pas loser
Je saurai changer la donne
Pour le meilleur
Pour ne pas qu’elle m’abandonne

J’suis pas loser 
Et pas seulement pour la frime
Non pas loser
J’veux pas tomber en déprime
J’suis pas loser
J’ai l’étoffe taille idéale
L’âme d’un vainqueur
Je me fie à mon étoile

. LE TEMPS N’EFFACE PAS TOUT 
(Paroles et Musique : R. Steelcox)

Adieu les fausses routes
Les chemins balisés
Quittons nos peurs nos doutes
Nos vies glacées

Les pauvres sans espoirs
Et les jeunes qui s’ennuient
N’ont qu’à venir ce soir
Tout est permis

Nous partons retrouver le Rock
De nos années rebelles
Sur des Harleys chromées d’époque
Nous serions Hells Angels
Pour que le temps n’efface pas tout

Déjà le vent d’été
Nous caresse la peau
Roulons vitres baissées
Droit vers ce show

Faut se faire des souvenirs
A pouvoir partager
Des promesses à tenir
Pour exister

J’ai toujours des envies d’ailleurs
Qui tournent à l’idée fixe
Elle sait comment garder nos coeurs 
La route Sixty Six
Pour que le temps n’efface pas tout

Quand la mémoire indienne
Au rythme du Pow Wow
Danse sur ses terres lointaines
Y’a pas photo

Pour vivre il faut bouger
Crier ses sentiments
Comment sans être aimés
Etre vivants ?
Comment sans être aimés
Vivre vraiment ?

Vivre et ne rien gâcher
Pour mieux lutter
Contre le temps

. MON COEUR WESTERN
(Paroles et musique : R. Steelcox)

Enfant j’aimais sortir et jouer
Aux cowboys aux indiens
On se croyait de vrais justiciers
Un faux colt à la main

Les années depuis ont défilé
J’reste un défenseur de l’opprimé

La vie m’a donné
En prime un cœur Western
Avec l’esprit pionnier
Jusqu’au devant de la scène

La vie m’a donné
En prime un cœur Western
Et je dois dégainer
Mes hits plus vite que John Wayne

J’ai misé gros tout comme au poker
Toute ma vie sur mes rêves
Et j’ai connu l’éden et l’enfer
Quand la chance fut trop brève

J’ai connu lumière et côtés sombres
Où vaut mieux tirer plus vite que son ombre

La vie m’a donné
En prime un cœur Western
Où l’on n’a pour amis
Que sa tête et que sa peine

La vie m’a donné
En prime un cœur Western
Mais qui t’aime avant tout
Toi la seule qui me comprenne

Je suis droit dans mes bottes
J’ai plus rien à cirer
De ces loups ces coyotes
Qui voulaient m’évincer
M’empêcher de chanter

La vie m’a donné
En prime un cœur Western
La vie m’a donné
En prime un cœur Western

La vie m’a donné
En prime un cœur Western
Qui n’a jamais douté
Aussi loin qu’il s’en souvienne

La vie m’a donné
En prime un cœur Western
Avec l’esprit pionnier
Jusqu’au devant de la scène

La vie m’a donné
En prime un cœur Western
Et l’envie de chanter
Et de tout mon cœur Western

La vie m’a donné
En prime un cœur Western

. QUAND IL S’EN VA
(Paroles et musique : R. Steelcox)

On a enterré
La hache de guerre
Signé le traité de paix
Exaucé nos prières

Entre nous pas de perdant
Ni de vainqueur au regard fier
C’est comme un vrai pacte de sang
Croix de bois croix de fer

Le bonheur ne se voit
Que quand il s’en va
S’entend à tout ce qu’il déchire
On ne sait pourquoi
Mais quand il s’en va
Soudain aimer c’est souffrir


On a retrouvé
Cet état de grâce
On a vu réconciliés
La vérité en face
Qui sait où il s’est caché
Dans le jour la nuit les étoiles
Dans l’avenir ou le passé
Dans le bien ou le mal

Le bonheur ne se voit
Que quand il s’en va
S’entend à tout ce qu’il déchire
On ne sait pourquoi
Mais quand il s’en va
Soudain aimer c’est souffrir

La vie est trop courte
Et le monde est trop grand
Les esprits partout écoutent
L’âme de l’homme Blanc
Le bonheur se tient secret
Tant qu’il survit et reste indemne
On ne sait trop où il est
Mais souvent en nous-mêmes

Le bonheur ne se voit
Que quand il s’en va
S’entend à tout ce qu’il déchire
On ne sait pourquoi
Mais quand il s’en va
Soudain aimer c’est souffrir

. ANNEES QUATRE-VINGTS
(Paroles et musique : R. Steelcox) 

Années quatre-vingts huit heures c’est dur 
Mais j’aimerais mieux voir la nature 
D’un peu plus près le temps qu’il fait 

C’est la crise éco j’me ruine au loto 
Mon directeur joue les héros 
Dans un mélo pour paranos 

Années quatre-vingts y’a plus d’pétrole 
Les cerveaux fument j’marche à l’alcool 
Bientôt moins cher que l’ordinaire 

Années quatre-vingts sexe libéré 
N’importe comment on peut s’aimer 
Tabous jetés violons brisés 

Refrain : 

Sans vidéo magnéto média vision photos 
Maintenant c’est vivre dépassé c’est vrai 
Sans journaux radios télés ma vie canalisée 
Serait triste à pleurer c’est vrai 

Années quatre-vingts change l’Amérique 
Hollywood bientôt ressuscite 
Stars de ciné faut pas chômer 

Et pour un programme clair et sans embûches 
Français françaises votez Coluche 
Faut dérider la société 

Années quatre-vingts vie ou pollution 
Tous s’interrogent nul n’y répond 
Si c’est l’échec faut faire avec 

On danse reggae on chante new wave 
Mais rock and roll dure plus qu’un rêve 
C’est reparti rockabilly 

(Refrain)

Années quatre-vingts huit heures c’est dur 
Mais j’aimerais mieux voir la nature 
D’un peu plus près le temps qu’il fait 

Et danser reggae et chanter new wave 
Quand rock and roll dure plus qu’un rêve 
C’est reparti rockabilly 
C’est reparti rockabilly
Rockabilly !